Lexique

A

  • Allège

Partie pleine maçonnée en dessous d’une fenêtre.
Mais aussi, partie fixe basse de cette dernière comportant un vitrage ou un panneau de remplissage.
À noter que dans le cas d’un garde-corps, la hauteur minimale de l’allège doit être de 1 m et qu’elle devra être munie d’un remplissage résistant à des tests comme le test de la belle-mère, qui est un test réalisé avec un sac rempli de billes d’acier et lancé sur le vitrage depuis une hauteur de 2 m.

  • Appui

Élément (pierre, béton, alu) disposé sur une allège ou un seuil et recevant la traverse basse de la fenêtre. La zone la plus étroite et la plus élevée de l’appui se nomme le rejingot. L’élément saillant de la traverse basse de la fenêtre s’appelle une pièce d’appui.

  • Avis technique

Établi à la demande du fabricant ou de l’importateur, l’avis technique s’applique à un procédé, matériau, élément ou équipement de construction innovant.
En fonction des emplois proposés, il indique si le produit choisi permet de satisfaire les exigences de la réglementation en vigueur et donne une information sur les autres aspects de l’aptitude à l’emploi ou sur les caractéristiques dont l’utilisateur peut avoir besoin pour exercer son choix ou concevoir son ouvrage. Il porte enfin un jugement sur la durabilité compte tenu de l’entretien. Il peut être favorable ou réservé.

  • Affaiblissement acoustique

Chaque fenêtre est testée par un organisme indépendant et agréé afin d’obtenir un indice d’affaiblissement acoustique. Plus cet indice R est élevé, plus la fenêtre est isolante d’un point de vue acoustique.
En règle générale, plus la masse du vitrage (donc l’épaisseur) est élevée, meilleures sont les performances acoustiques.
L’indice R varie de 31 à 35 dB sur nos fenêtres en fonction du double vitrage choisi.

B

  • Baie

Ouverture pratiquée dans un mur ou une cloison pour assurer indépendamment ou de manière combinée l’accès, l’éclairage et la ventilation des locaux, et recevant généralement une fenêtre ou une porte.

  • Bâti ouvrant

Cadre ouvrant de la fenêtre, appelé vantail, qui reçoit le vitrage et la crémone.

  • Battant ou vantail

Nom commun du vantail. Partie de la fenêtre, porte ou volet roulant autour de paumelles ou gonds (plus particulièrement utilisés pour fenêtres et volets).

  • Battement central

Pièce qui reçoit le choc d’un ouvrant et sert à l’arrêter.

  • Battue

Pièce rapportée sur le champ du vantail libre, assurant la jonction entre deux vantaux : elle recouvre le vantail crémone à l’intérieur.

  • Bloc-baie

Ensemble châssis plus volet qui permet d’assurer à la fois la fermeture et l’occultation de la baie. Le bloc-baie simplifie l’opération de pose. En effet, la fourniture et la pose d’un ensemble intégrant le vitrage isolant, le volet roulant et le coffre ne requiert plus que l’intervention d’un seul corps de métier.

  • Béquille

Poignée qui permet la saisie et l’ouverture d’une porte, la béquille est implantée en règle générale à 1 050 mm du sol.

  • Bicolor

Traitement thermolaquage différencié entre la face extérieure et la face intérieure d’un profilé en aluminium, exclusivement avec des profilés en aluminium à rupture de pont thermique.

C

  • Crémone

Dispositif de verrouillage interne permettant de fermer la fenêtre. Certaines crémones décoratives sont apparentes.

  • Croisillon

Traverse d’un vantail de fenêtre constituant un ensemble d’éléments qui s’entrecroisent dans un châssis de fenêtre.
Synonyme de petit bois, clippé ou collé sur les faces intérieures et/ou extérieures. Intégré dans le double vitrage ou en châssis amovible sur les vitres, il facilite leur nettoyage.

  • Classement d’étanchéité AEV

Classement d’une fenêtre testée à l’étanchéité à l’air, à l’eau, au vent.
Ce classement est effectué par un organisme indépendant.

  • Coefficient K

Ancienne dénomination du coefficient de transmission thermique des produits, aujourd’hui appelé coefficient U.

  • Coefficient U

Coefficient de transmission thermique des produits, exprimé en W/(m².K)
Afin de distinguer les coefficients U entre eux, on complète l’information par un indice qui permet de les identifier.
Uf = coefficient U des châssis seuls (f comme frame en anglais).
Uw = coefficient U des fenêtres (w comme window en anglais).
Ug = coefficient U des vitrages (g comme glass en anglais).
Pour bénéficier du crédit d’impôts, en cas de changement de fenêtre dans un logement de résidence principale, la fenêtre doit avoir un coefficient Uw inférieur à 2 W/(m².K).
En cas de changement du vitrage seul, le coefficient Ug doit être égal ou inférieur à 1,5 W/(m².K).

  • Coffre tunnel

Coffre de volet roulant préfabriqué à poser par le maçon lors de l’élévation du gros œuvre sous le linteau. Ce coffre évite l’encombrement d’un coffre menuisé dans la pièce et permet une meilleure isolation.

D

  • D.A.S.

Dispositif Actionné de Sécurité : les portes et blocs-portes D.A.S. assurent la fonction de compartimentage en cas d’incendie. Ils doivent répondre à la norme NFS 61-937 destinée aux établissements recevant du public (E.R.P.) et aux immeubles de grande hauteur (I.G.H.).

  • Dimensions hors tout

Hauteur × largeur de la menuiserie, dormant inclus.

  • Dimensions tableau

Dimensions minimales de la fenêtre correspondant aux dimensions de la baie finie.
Dans le cadre des modes de mise en œuvre actuels, elles correspondent aux dimensions hors tout, moins la mise en œuvre.
Dans le cadre de mise en œuvre de baie, les dimensions hors tout sont inférieures aux dimensions tableau.

  • Double vitrage

Ensemble de 2 verres fermés hermétiquement à l’aide d’un intercalaire, séparés par un espace d’air déshydraté.
Par exemple : un double vitrage 4/16/4 (24 mm d’épaisseur totale) est composé de 2 verres de 4 mm chacun, séparés par un intercalaire de 16 mm.

  • Dormant

Cadre fixe liaisonné au gros œuvre sur lequel sont montés les battants de fenêtre ou les vantaux de porte. Un dormant est constitué d’une traverse d’appui, d’une traverse dormant et de 2 montants.

E

  • Embrasure

Espace libre dans l’épaisseur d’un mur pour recevoir une porte ou une fenêtre.
Le biais pouvant exister sur les tableaux afin de faciliter l’ouverture des vantaux se nomme l’embrasement.

F

  • Fermeture

Cette notion englobe tous les ouvrages mis en œuvre dans le but de fermer un édifice aux vues et accès extérieurs : volets roulants, volets battants, persiennes…

  • Fenêtre avec ouverture à la française

Fenêtre qui s’ouvre vers l’intérieur du bâtiment : son axe d’ouverture est vertical.

  • Fenêtre avec ouverture oscillo-battant

Fenêtre qui cumule l’ouverture à la française et l’ouverture à soufflet.
Le choix du type d’ouverture est commandé par la rotation crémone.

  • Fenêtre avec ouverture à soufflet

Fenêtre qui s’ouvre vers l’intérieur du bâtiment : son axe d’ouverture est horizontal au niveau de la traverse basse.

  • Fenêtre avec ouverture basculante

Fenêtre qui s’ouvre à demi vers l’intérieur et à demi vers l’extérieur du bâtiment : son axe d’ouverture est horizontal sur la médiane de la fenêtre.

  • Fenêtre avec ouverture coulissante

Fenêtre qui s’ouvre par translation d’un vantail sur l’autre. Possibilité de fenêtre à 2, 3 ou 4 vantaux.

  • Fiches

Type spécial de paumelles vissées directement dans les dormants et battants.

  • Fourrure

Pièce destinée à compenser un manque d’épaisseur du dormant. Cette pièce est liée au gros œuvre et participe à l’étanchéité de la liaison fenêtre – gros œuvre.

  • Feuillure

Rainure dans un cadre menuisé lui permettant de s’adapter à un autre cadre (ouvrant/dormant) ou de recevoir un vitrage ou panneau de remplissage.
C’est aussi, dans la maçonnerie, un emplacement réservé à la périphérie de la baie pour insérer un châssis.

  • Fixation

Chaque menuiserie est fixée au gros œuvre sur 3 côtés du bâti par des points de fixation (scellement ou vis/chevilles). Les distances minimum de fixation sont de 150 à 200 mm à partir des angles de la menuiserie et, ensuite, de 600 à 800 mm entre chacune de ces fixations.
La fixation de la pièce d’appui et du seuil est obligatoire pour les fenêtres et portes-fenêtres de plus de 90 cm de largeur selon le DTU 36.1 menuiserie.

  • Fenêtre « rénovation »

C’est une fenêtre de remplacement posée en conservant le bâti dormant de l’ancienne fenêtre. Ce principe de pose, très utilisé, permet d’éviter les dégradations maçonnerie et peinture dues à la dépose, et offre d’excellentes garanties d’étanchéité et de fiabilité à la condition impérative de vérifier l’état du bâti à conserver et de bien traiter les étanchéités (bavette de recouvrement, joint…).

G

  • Gâche

Pièce fixée au bâti dormant dans laquelle se loge le pêne de l’ouvrant permettant la condamnation d’ouverture de la fenêtre.

H, I

  • Huisserie

Bâti formant l’encadrement d’une fenêtre.

  • Imposte

Châssis fixe ou ouvrant situé en partie haute des menuiseries, au-dessus de la traverse haute d’une fenêtre ou d’une porte.

L

  • Lame de volet

Profilé mince, long et étroit. L’accrochage d’un certain nombre de lames entre elles permet de constituer un tablier de volet roulant.

  • Linteau

Élément porteur du gros œuvre en partie supérieure de la baie.

M

  • Manœuvre

Dispositif de manœuvre d’ouverture ou de fermeture par déroulement du tablier (par sangle, chaîne, manivelle, motorisation électrique).

  • Masse (teinté dans la)

Pièce de PVC colorée lors de sa transformation par extrusion ou lors de tout autre procédé de fabrication.

  • Meneau

Montant (vertical) intermédiaire divisant une baie.
On parle de meneau fixe lorsqu’il reste en place alors que les battants sont ouverts, et de meneau mobile ou croisé lorsqu’il se déplace lors de l’ouverture des 2 battants.

  • Montant

Partie verticale de dormant ou battant.

O, P

  • Ouvrant

Synonyme de vantail. Châssis mobile d’une fenêtre, par opposition au dormant qui est fixe. Non assimilé à une notion de rotation autour d’un axe, ce terme peut aussi qualifier le vantail d’un coulissant.

  • Parclose

Profilé maintenant un vitrage non mastiqué dans la feuillure de son châssis.
Partie fixe : cadre dormant recevant directement un vitrage ou un élément de remplissage.

  • Patte de fixation

Pièce métallique destinée à être scellée au mortier et servant à fixer les huisseries sur les maçonneries.

  • Paumelle

Organe de rotation qui assure la fixation entre vantail et dormant. Elle comprend une partie mâle (équipée du gond) fixée sur le dormant et une partie femelle (anneau).

  • Penture

Plat métallique (souvent décoratif) fixé à plat sur le battant d’une porte ou d’un volet de manière à le soutenir sur le gond.

  • Plaxage

Technique qui constitue à recouvrir à chaud les profilés PVC préencollés d’une feuille acrylique de couleur.

  • Porte

La baie munie d’un châssis, qui permet l’aération et le passage, est une porte.

  • Porte-fenêtre

La baie munie d’un châssis, qui permet l’aération et le passage, est une porte-fenêtre.

  • Précadre

Bâti rigide d’encadrement des menuiseries extérieures solidarisé à la maçonnerie par scellement. Accueille les fenêtres par simple encastrement et vissage. Peut envelopper entièrement le pourtour de la baie.

Q, R

  • Quincaillerie

Ensemble de pièces (poignées, ferrures…) destinées à équiper la fenêtre.

  • Recouvrement

Joue de feuillure recouvrant le joint de liaison ouvrant/dormant.

  • Rejet d’eau

Partie saillante de la traverse basse du vantail, destinée à chasser les ruissellements vers l’appui de façon à éviter toute infiltration d’eau.

  • Renfort

Profilé en acier vissé dans la chambre principale d’un profilé PVC ; le renfort est destiné à accroître la rigidité et la solidité du profilé PVC.

  • Retardement à l’effraction

Les fenêtres de conception particulière sont équipées de vitrages de sécurité dont la résistance à l’effraction est indiquée au moyen de la lettre P, suivie d’un chiffre. De P1 à P8, la résistance va en croissant.

  • Rupture de pont thermique

Principe technique qui permet d’isoler thermiquement la face extérieure de la face intérieure d’un profilé en aluminium. Cette technique, souvent optionnelle, permet d’obtenir la bonne isolation d’une fenêtre en aluminium et d’éviter le phénomène de condensation.

S, T

  • Seuil

Traverse basse du dormant de porte-fenêtre ou de panneau menuisé.

  • Tableau

Partie verticale de l’ouverture, dont la profondeur correspond à l’épaisseur du mur.

  • Tablier

Partie occultante d’un store. C’est l’élément qui masque la fenêtre. Le tablier d’un volet roulant désigne l’ensemble de ses lames. C’est l’élément qui s’enroule pour ouvrir la baie et se déroule pour la fermer.

  • Tapée

Pièce rapportée sur un tableau de baie, contre le bâti dormant de l’ouverture. Cet élément sert généralement à combler l’intervalle entre le dormant et la maçonnerie (idem fourrure).

  • Teinte RAL

La gamme des teintes RAL est une classification de teintes normalisées pour le thermolaquage des menuiseries métalliques.

  • Thermolaquage

Traitement de protection et de finition des profilés en aluminium par application d’une poudre polyester thermodurcissante cuite au four à une température de 190 °C.

  • Traverse

Élément d’entretoise horizontal d’un châssis, qu’il soit fixe ou mobile (traverse haute/traverse basse), ou le séparant transversalement (traverse intermédiaire).

  • Treuil

Dispositif d’enroulement sur tambour d’un panneau de fermeture tel qu’un tablier de volet roulant, par exemple.

V

  • Ventouse magnétique

La ventouse magnétique est un système fiable de condamnation électrique de la gâche d’une porte équipée d’un système de contrôle d’accès (interphone, digicode…). Ce système est composé généralement de 2 aimants électromagnétiques, d’une force d’arrachement de 300 kg chacun, qui sont adaptés sur le bâti dormant et qui gèrent l’ouverture de la porte à l’aide d’une coupure électrique envoyée par le système contrôle d’accès.

  • Vantail

Voir battant.

  • Vérin

Pièce mécanique créant une poussée directionnelle destinée à positionner le châssis.

  • VIR, double vitrage à isolation thermique renforcée (ITR)

Un des verres du double vitrage est un verre dit « peu émissif ». Sur sa face intérieure, une fine couche transparente de métal (généralement de l’argent) a été déposée. Elle réduit les déperditions de chaleur par rayonnement, conserve plus longtemps la chaleur du chauffage à l’intérieur des locaux. La performance thermique du VIR est nettement améliorée : un VIR de composition 4/16/4 avec le verre peu émissif SGG PLANITHERM FUTUR N offre un coefficient de transmission thermique de 1,4 W/(m².K).

  • VIR avec argon

Dans ce double vitrage intégrant un verre peu émissif, l’air déshydraté contenu entre les deux verres est remplacé par un gaz encore plus isolant, l’argon.
Le coefficient de déperdition du vitrage est encore amélioré et baissé. Pour la composition 4/16/4 mm avec SGG PLANITHERM FUTUR N et argon, le coefficient Ug tombe à 1,2 W/ (m².K).